Éditions John Doe

Le jeu de rôle est mort
mais personne n'est venu réclamer le corps

Courrier des Légistes n°8

Derriere la porte du frigo

20 janvier 2015

Édito

Chers amis, bonjour

Nous avons mis du temps à écrire ce Courrier des Légistes. Que vous dire, comment vous le dire ? Naturellement, l’effroyable actualité et la tristesse infinie qui en résulte ont brisé l’élan que la symbolique d’une nouvelle année entraîne. Nous ne pouvons que joindre à celles de la nation réunie nos pensées à toutes les victimes et nos sincères condoléances aux familles, aux amis effondrés.

A vous tous, lecteurs et amis, à vos familles et à tous ceux qui comptent pour vous, nous souhaitons une heureuse année 2015. Qu’elle soit douce, pourvoyeuse de santé et d’amour. Que la tendresse en soit le mot d’ordre, tant elle se fait rare dans un monde rugueux, triste et révoltant. Pensons aux autres, prenons de leurs nouvelles, chouchoutons-nous, n’hésitons jamais à nous réunir, à boire un verre entre amis, à partager une table bien garnie, à exprimer nos sentiments. Car rien ne tue plus que le silence. Restons forts et unis, fiers de nos idéaux de partage, de tolérance, de liberté, de fraternité.

En un mot, soyons heureux. Enfin, continuons à rêver.

Le jeu de rôle, dérisoire et donc paradoxalement essentiel, nous permet de rêver et de nous évader, ensemble. Comme toute activité sociale, il nous offre ces moments d’échange et de fraternisation, si précieux. Le partage d’émotions : c’est pour nous sa fonction première et c’est ce sur quoi nous avons bâti John Doe, ses choix, son fonctionnement.

Illustration d'Americana par John Grümph

Illustration d’Americana par John Grümph

2014 fut pour John Doe une année difficile. Personnellement, elle le fut plus encore. Je remercie chaleureusement tous ceux qui se sont inquiétés de ma santé, notamment après la très gentille attention de la rédaction de Casus Belli qui me souhaitait un prompt rétablissement dans son dernier numéro. Rassurez-vous, je vais bien. S’ils ne sont pas graves, les problèmes de lombalgies chroniques et aiguës dont je souffre sont très handicapants et m’ont tenu loin de l’écriture. John Doe s’est donc mis en mode survie, mes camarades continuant le travail de leur côté et me déchargeant de tout ce qu’il était possible. Si, à part la réimpression de Bloodlust, aucun bouquin n’est sorti en 2014, si les gammes d’Hellywood ou Icons sont restées en rade, c’est uniquement ma faute. Je n’en suis pas sorti, mais après une récente et salutaire hospitalisation, les choses vont mieux. Notre décision pour 2015 : faire fi des difficultés, continuer et aller plus vite, plus loin. Cela va se traduire très simplement dans les faits : du jeu, encore du jeu, toujours du jeu.

Tout d’abord, nous renforçons l’équipe d’un solide pilier rompu aux plus rugueuses mêlées. Monsieur Stéphane Treille nous rejoint en ce début d’année, apportant à John Doe son talent, son énergie, sa bonne humeur et sa redoutable capacité de botteur de cul dont nous avions fort besoin. Stéphane fait partie de ces gens sans qui le JdR serait bien moins riche. C’est un auteur tout-terrain, prolifique et efficace. C’est surtout un mec d’une gentillesse sans borne, un adepte de la 3ème mi-temps où toutes les fâcheries sont oubliées, un type bien dont l’humilité rejoint nos valeurs. On ne fait que du JdR, des petits bouquins à faible tirage, mais on le fait du mieux possible en essayant de ne jamais choper la grosse tête. Merci, Stéphane, de nous faire confiance. Ta présence va nous permettre de renforcer nos gammes et de mieux épauler nos auteurs.

Illustration du Compagnon d'Oltréé ! par John Grümph

Illustration du Compagnon d’Oltréé ! par John Grümph

En ce moment même, nous mettons tout à plat, notre fonctionnement, notre positionnement, nos choix éditoriaux. Il s’agit de voir ce que nous avons raté, comment améliorer les faiblesses, comment ne plus perdre bêtement de temps. Ce qui est certain, c’est que nous refusons de perdre en qualité. Nous continuerons donc à prendre le temps nécessaire à créer de beaux bouquins dont nous puissions être fiers, sans compromis artistiques. Mais nous savons que nous avons aussi pris du retard pour d’autres raisons que la maniaquerie de nos auteurs et de nos graphistes, et c’est là dessus que nous travaillons. Ensuite viendront la clarté et la lisibilité des gammes, la communication… Et bien sûr une myriade de projets ! De quoi jouer, quoi ! Rien de ce qui a été promis n’est oublié. Dans le Courrier des Légistes, nous ferons au fur et à mesure le point sur tous les livres annoncés parfois depuis bien longtemps. Au delà, nous avons plein de très belles choses en cours de réalisation.

Notre objectif pour 2015 – et la suite – est de se recentrer sur ce qui fait notre force : des jeux à forts concepts et à fortes personnalités. Un seul mot d’ordre : l’Immersion. Ce sera dorénavant notre crédo. Nous et vous immerger dans des univers toujours plus beaux, plus terribles, plus sauvages, plus merveilleux. John Doe ne se refusera aucun format, aucun support, aucun thème, aucune forme de commercialisation. On se fout des différentes chapelles, des doctes définitions, des savantes séparations entre styles de jeu, de systèmes ou de narration. Nous voulons de l’immersion et pour cela, tous les moyens sont bons. Attendez-vous à des surprises.

Premières infos concrètes : Americana est terminé, nous attendons le retour de l’imprimeur pour que le jeu parte à l’impression. Le Compagnon d’Oltréé est lui aussi terminé et illustré. Voilà pour les deux premiers bouquins à arriver en boutiques. Une première annonce aussi : Oui, comme la rumeur a circulé, nous repartons en Exil. Mon premier jeu, si tristement écarté par les aléas de la vie, va revenir chez John Doe.

A tous, nous adressons nos voeux les plus affectueux. Live long and prosper, friends. On vous aime.

Emmanuel

Promenade... un inédit pour Exil signé Pierrick May

Promenade… un inédit pour Exil signé Pierrick May