Éditions John Doe

Le jeu de rôle est mort
mais personne n'est venu réclamer le corps

Quantiquité

6 juillet 2009

logoQuantiquiteCouleur

Chante, déesse, les luttes, les exploits et la folie des Achéens.
Avides de rêve et de gloire, de richesses et de pouvoir, ils ont signé une paix fragile mais sèment bien vite les graines d’une guerre à reprendre.
Quels héros lieront le sort à celui de leur Polis ?
Quelles batailles devront ils livrer ou pourront-ils éviter ?
Quels stratagèmes devront-ils déjouer et quelles alliances pourront-ils forger ?
Qui d’entre les dieux prendra courroux de leur hybris ou leur donnera l’inspiration ?
Quels cieux étranges au confins de l’anneau d’Atlas vont-ils arpenter ?
A quel destin sont-ils promis et pourront-ils y échapper ?

Quantiquité transpose la guerre du Péloponnèse dans un futur éloigné qui mêle nanotechnologie, anti-gravité, voyage transchaotique, portails d’Hermès reliant la surface des planètes entre elles et champ-bouclier quantique ignorant les projectiles par effet tunnel.
Les joueurs incarneront les étoiles montantes de Mycènes, une Polis (entendre monde-cité) au passé prestigieux mais vivant désormais dans l’ombre d’Argos. Ces hommes et femmes dans la force de l’âge siègent à l’assemblée et pourront accéder aux plus hautes responsabilités : magistrats, diplomates, stratèges ou démiurges.
La guerre des ligues connaît une trêve depuis dix ans mais dans l’ombre Sparte, Athènes et depuis peu Thèbes complotent pour reprendre les hostilités au moment le plus avantageux.
Si les Dieux n’ont encore pris parti, il se dit que des combattants ont eu au moment décisif la force d’Héraclès la maîtrise de Nestor ou la précision mortelle d’Achille.
Dans une ambiance de veillée d’armes, les personnages joueurs devront gérer rivalités politiques, tensions diplomatiques et opérations clandestines avant la reprise de la plus grande guerre que les Achéens aient jamais connu.

Leurs pairs ne pardonneront pas l’échec.
Les Dieux ne pardonneront pas l’hybris.

Horizon 2010, si les Dieux sont avec nous.